Une spécialité des GCM, le combat rapproché

rapproche-specialite

Si les commandos de montagne s’entraînent au combat en zone urbaine, c’est un peu le passage obligé pour bien se former au combat rapproché…

On a du mal à s’imaginer les soldats des Groupements commandos de Montagne évoluer dans un environnement urbain, alors qu’on les voit plutôt sur les cimes à escalader les parois. Un retour d’expérience de leur engagement en Afghanistan, c’est d’avoir enregistré une similitude entre le combat dans un environnement de montagne et le combat en milieu clos, tel qu’on l’envisage dans les villages de la campagne afghane ou de n’importe quel théâtre d’opérations à venir :

« On retrouve un peu dans la préparation d’une mission en milieu clos, le même type de préparation que dans une sortie en montagne ».

Si les règles d’engagement dans un environnement montagnard ressemblent aux conditions d’exercice du métier des armes dans un milieu confiné, comme c’est le cas dans les immeubles et même les rues, les quartiers des agglomérations, les GCM ont prouvé pendant le conflit afghan l’excellence de leur formation, qui se concentre sur les conditions difficiles de l’environnement alpin. Par ailleurs 80% de la population mondiale est citadine. Les impératifs tactiques de l’engagement réclament d’intégrer parfaitement les conditions du combat en zone urbaine. Les conflits actuels se déroulant essentiellement en milieu urbain même lorsqu’ils se situent dans des pays essentiellement ruraux à l’instar de l’Afghanistan, et même des différents pays d’Afrique où l’armée française est engagée.

« La difficulté, c’est évidemment le cloisonnement du terrain : on est très proches et parfois au contact avec l’ennemi entre 0 et 20 mètres. Ça demande beaucoup de réflexes, de savoir-faire de manière à obtenir une très bonne coordination et de la fluidité ».

Dès le début du reportage vidéo pourtant, on va observer certaines similitudes de l’approche de l’objectif à l’intérieur d’une maison avec la progression en cordée, un savoir-faire montagnard par excellence qui se retrouve dans le combat urbain. L’esprit d’équipe et la coordination des alpinistes encordés va offrir au groupe la condition d’un succès dans l’accomplissement de sa mission :

Ainsi le combat rapproché, qui avait pratiquement disparu des enseignements en matière tactique au fil de l’allongement de la portée des armes à feu, se retrouve aujourd’hui au centre du métier de soldat, qui lui commande d’abord d’occuper le terrain.

Commentez cet article, ou faites un rétrolien depuis votre propre blog.

Cette vidéo vous a plu ? Dites-le en commentaire :

XHTML : Vous pouvez enrichir votre commentaire avec les balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>