Démineurs… Découvrez ici toutes leurs techniques explosives !

techniques-explosives

Les démineurs de la Marine nationale continuent de déminer les munitions de la seconde guerre mondiale, que ce soit en mer ou sur les plages du mur de l’Atlantique. Découvrez les techniques explosives qu’ils utilisent dans ce reportage vidéo…

Les plongeurs-démineurs n’effectuent pas forcément leurs missions sous la surface de l’eau, ils peuvent aussi être appelés par les autorités civiles telles que les préfectures pour déminer des engins de guerre, comme ceux qui ont été dispersés sur les plages en aplomb du mur de l’Atlantique. On va voir ici une équipe de démineurs réaliser un travail d’orfèvre sur la plage de Quend, dans le département de la Somme :

« D’habitude, on coupe un pain de plastic en deux et on claque le béton pour sortir la munition qui est à l’intérieur, aujourd’hui on va travailler comme on le fait dans les carrières »…

Ce groupe de plongeurs démineurs (GPD) a été appelé pour détruire 3 blocs anti-débarquement et 1 mine à orin, découverts récemment sous le sable de la plage et exhumées par l’action de la marée. Les blocs de béton ne sont pas moins dangereux que la mine, car ils peuvent receler un obus ou toute autre munition. Dans ce cas, le chef de mission au GPD de la Manche, qui est aussi spécialisé dans la lutte contre le terrorisme maritime. Pour le déminage des blocs, la technique des démineurs va s’inspirer de celles des travaux publics en raison de la dangerosité apparente du vestige de l’ouvrage de défense :

« On a méché le béton, on introduit de l’eau et 30 grammes de plastic pour diminuer le rayon de la déflagration, et du coup on travaille plus fin ».

Une deuxième partie du reportage vidéo est consacrée à la destruction de la mine à orin. L’explosif est conçu de telle sorte qu’il flotte entre deux eaux en étant retenu par un câble accroché à un poids reposant sur le fond de la mer afin de heurter les œuvres vives des bâtiments de guerre ou de commerce, à leur passage à proximité de la mine :

« Pour la mine à orin afin d’atteindre l’explosif, comme c’est une M1 et qu’il n’y a pas de table de chargement, rien à démonter à la main, on va faire un découpage au centre de la mine pour avoir accès à l’explosif » :

La formation des plongeurs aux techniques de déminage, et à l’utilisation d’appareils de plongée spécifiques aux missions de guerre des mines doit s’effectuer à l’école de plongée de Saint-Mandrier.

Commentez cet article, ou faites un rétrolien depuis votre propre blog.

Cette vidéo vous a plu ? Dites-le en commentaire :

XHTML : Vous pouvez enrichir votre commentaire avec les balises : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>